11/11/2008

Ma rue à 1050

Je vis ici depuis 2 ans, dans une rue où il y a plein de maisons de toutes les couleurs. Les voitures passent vite et le jour des poubelles, il y a beaucoup de crasses. Au bout de ma rue se trouve la place des Marocains avec des arbres et des bancs. Une femme écrase du pain avec un marteau pour les pigeons. Deux vieilles dames regardent une petite fille jouer. Un groupe d'hommes boit des bières. Ils sont habillés comme pour le travail et on dirait qu'ils font une pause.

« Ce sont des Polonais, dit Abdel, 9 ans. Il n'y a qu'eux qui boivent sur la place des Marocains. »

Je n'aime pas les gens qui boivent car quand on boit, on finit par frapper les gens. Je ne boirai jamais à cause de cela.

J'aime cette place. Quand je suis fatigué, je viens m'y reposer. La statue de Wiertz, elle est belle.

Chez moi, il y a les 1050 et les drogués et ceux qui boivent trop. Un jour, un Pakistanais m'a poursuivi avec un couteau parce qu'il avait trop bu.

Sur la place des Africains, à partir de 20 heures, les drogués se bagarrent à coups de poings. Ils disent que c'est un jeu. Je vois quand quelqu'un est drogué parce qu'il est bizarre avec sa tête et qu'il marche d'une drôle de façon.

Une nuit, il y a eu une bagarre dans la rue et le lendemain quand  je suis allé chez le boulanger, il y avait du sang partout et du verre cassé sur la rue.

Là-bas, un peu plus loin, un drogué m'a dit « Sale bougnoule ! », ma mère allait réagir et j'ai eu peur qu'il ne frappe ma mère. Un peu plus loin dans le piétonnier, une dame un peu folle avec la tête rasée donne des claques aux gens. Juste devant, il y a la statue de Freddy Tsimba, faite avec des douilles de fusil.

Elle veut dire : « Arrêtez de faire des bagarres ».

 

17:52 Écrit par Les evoy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1050 violence journalisme |  Facebook |